Sardinophile

Sardines en boite françaises Sélection 2018

comparatif des meilleures marques et conserveries françaises

La sélection du Sardinophile

La sardine, c’est bon an mal an, 70 millions de boites produites en France et le double importées. Les français mangent en moyenne 3 boites de sardines par personne par an, autant de boites de maquereaux et deux fois plus de thon.

A coté de la segmentation classique en trois catégories: sardines à l'huile d'olive, aux autres huiles (tournesol,colza) accompagnées (tomate, citron etc.), le marché français se distingue par une segmentation par qualité dite "haut de gamme" caractérisée par les mentions sur la boite du millésime, de "sardines fraiches", "à la main", parfois du nom du bateau de pêche, pour un prix de 3 à 4 euros.

L’ industrie française de la conserve de poisson est composée d’une vingtaine d’entreprises spécialisées, dont 10 transforment la sardine. Pour débusquer les quelques millions de boites « haut-de-gamme » dans la jungle des 210 millions de boites vendues chaque année en France sous des marques multiples, le sardinophile a dressé un classement des 10 conserveries et un panorama des marques.

Meilleures sardines 2018 - le top 3

Top Sardines 2018
Marque La Compagnie Bretonne La Belle-iloise La Quiberonnaise
Série Sardines à l'huile d'olive bio Saint-Georges à l'huile d'olive Sardines à l'huile d'olive
Conserverie Furic La Belle-iloise La Quiberonnaise
Nb employés 30-60 300-400 10-20
Ville St Guénolé Penmarc'h – Finistère Quiberon – Morbihan Quiberon – Morbihan
Date millésime et DLUO (+4 ans) millésime et DLUO (+4 ans) millésime et DLUO (+4 ans)
Pêche Nom du bateau et port de débarquement aucune mention Nom du bateau
Certification Sardines fraîches, à la main, huile bio Sardines fraîches, à la main Sardines fraîches, à la main
Poids Net 115 g 115 g 115 g
Distribution Vente directe (9 boutiques), en ligne et épiceries Vente directe (75 boutiques), en ligne, et épiceries Vente en ligne et épiceries
Prix unitaire et lien achat 3,73€ par lot de 6 2,99€ par lot de 5 3,90€ par lot de 5
Frais de port 7€ port gratuit >90€ 6€ port gratuit >30€ relais ou >98€ 7,25€ port gratuit >99€
Ces 3 conserveries ont également les meilleurs rapports de dégustations dans le blog Boite de Sardines

1. La Compagnie Bretonne - Furic

à St Guénolé - Penmarc’h - 60 employés - 9 boutiques ≈ 600.000 boites sardines/an

La Compagnie Bretonne - familiale et indépendante - produit des boites de sardines au design sobre, avec des informations complètes sur le nom du bateau, le millésime, le port de débarquement. La proximité de la conserverie avec Guénolé, le premier port sardinier de France, et son savoir-faire, appuyé sur une production de grosses conserves pour la restauration collective de qualité, se traduit par une régularité remarquable, des sardines très fraîches, bien préparées et savoureuses.

Un site web clair avec une gamme de produits simple et lisible, un réseau de 9 boutiques en Bretagne, aussi distribué chez Bio c Bon. Une page Facebook bien vivante qui ouvre les portes sur les coulisses de la production, ainsi que la vie des employés, marque de transparence et de bonne gouvernance. Une Compagnie en croissance qui va déménager dans une usine plus spacieuse en 2019, toujours à Penmarc’h.

Gamme: 13 références de sardines : à l’huile d’olive, de colza, séries limitées, accompagnées (tomate, piment), à poêler et rillettes. Meilleur prix: 3,73 euros l’unité par lot de 6.

2. La Belle Iloise

Quiberon - 350 employés - 75 boutiques ≈ 3 millions de boites de sardines/an.

La Saint-Georges est la boite de tous les jours pour le Sardinophile. Le meilleur rapport qualité-prix-disponibilité de notre sélection, jamais décevante. L'atout de la Belle-Iloise, un réseau indépendant de 75 boutiques colorées avec un festival de 150 références toutes alléchantes, avec toujours la même exigence de qualité et des points de fidélité donnants droits à des boites gratuites.

Le site web est exemplaire, avec plein d’idées cadeaux, d’actualités et de recettes - et des frais de port calculés au plus juste. La conserverie de Quiberon se visite, gage de transparence.

Le sardinophile aimerait voir le nom du bateau de pêche sur les boites, et une montée en gamme avec plus de boites « de garde ». (astuce: les boites déco en fer contiennent souvent des sardines des années précédentes)

Gamme: 42 références de sardines - à l’huile d’olive, de tournesol, d’arachide, accompagnées (tomate, citron, épices, piment), à poêler, émietté et sans arêtes. Meilleur prix: St Georges 2,99 euros l’unité par lot de 5.

3. La Quiberonnaise

Quiberon - 10-20 employés ≈ 500 000 boites de sardines/an.

Conserverie artisanale toujours dans son atelier historique à Quiberon. Sardines très fraiches, soigneusement rangées, jamais décevantes, parfois exceptionnelles. Distribution dans les bonnes épiceries et le site internet. Design désuet des boites et du site web.

Gamme: une vingtaine de références de sardines classiques, aromatisées, à poêler et millésimées. Meilleur prix: à l’huile d’olive 3,90 euros par lot de 5.

4. Les Mouettes d'Arvor - Gonidec

Concarneau - 50 employés ≈ 3 millions de boites de sardines/an.

Gonidec sait faire des boîtes haut de gamme mais la qualité est irrégulière et la gamme confuse et peu lisible: les Mouettes d'Arvor sont disponibles en grandes surfaces, les séries limitées millésimés vendues en ligne ou en boutique, la gamme premium "J.C. Jacques Gonidec" est de qualité moyenne. Gonidec produit aussi en sous-traitance pour au moins 5 marques d'épiceries fines d'Albert Ménes aux mystérieux "Pécheurs d'Islande" infiltrés sur nos côtes Bretonnes !

Les sardines Gonidec sont aussi disponibles en télé-achat sur la TV chinoise - verra-t-on un jour des boites Tour Eiffel à destination de ce marché touristique ?

5. Jean de Luz

Les sardines Jean de Luz en verrine de 320g ont un mode de préparation particulier qui leur donne un goût unique - à tester ici ou dans les réseaux bio !

6. Jean Burel - Océane

Petite conserverie familiale de qualité à Kérilin près de Concarneau, mais distribution très locale - produit aussi la marque Algo d'Aure, des sardines en verrine de 320g en réseau bio. Projet incertain de déménagement et de modernisation pour cette petite structure en fin de cycle.

7. Capitaine Cook

Plozévet - 120 employés ≈ 6 millions de boites de sardines/an.

Le groupe Intermarché a intégré toute la filière avec sa propre flotte (4 bolincheurs modernes chez Scapêche), son usine de Plozévet et la marque Capitaine Cook (privée de site web autonome depuis 2017). La distribution se fait exclusivement dans le réseau Intermarché à ±2€ , la qualité est un peu au dessus de la moyenne des sardines de grandes surfaces, mais sans intérêt pour les sardinophiles.

8. Connétable - Chancerelle

Douarnenez - 300-400 employés ≈ 30-40 millions de boites de sardines/an.

La conserverie Chancerelle produit en cadence 2x7h un volume impressionnant de conserves en France sous la marque Connétable - mais la moitié de sa production (de nombreuses marques distributeurs) se réalise depuis 2017 dans une usine d'Agadir au Maroc.

Sa gamme "premium" Pointe de Penmarc'h vendue uniquement en ligne n'est pas du tout convaincante - aspect baclé et fade. Le marketing "à l'ancienne" "depuis 1853" entretient une image de tradition peu pertinente au regard des techniques ultra modernes déployées sur toute la chaine de production.

9. La Perle des Dieux - Gendreau

Saint Gilles Croix de Vie (Vendée) - 200-300 employés ≈ 6 millions de boites de sardines/an.

Comme toutes les conserveries qui essaient de produire à la fois du bas de gamme pour les grandes surfaces (sous la marque Le Trésor des Dieux ) et du haut de gamme en épicerie et en ligne (sous la marque La Perle des Dieux), la différence de qualité est peu sensible.

La gamme La Perle présente des boites décoratives et séductrices mais le contenu est constamment décevant, abimé, sans saveur, à la texture pas agréable et peu digeste.

10. Les Belles de Marseille - Ferrigno

Petite conserverie à Port-Saint-Louis-du-Rhône près de Marseille, produit les marques Les Belles de Marseille, La Bonne Mer et Capitaine Nat en circuit bio. Design pittoresque et touristique avec traduction en anglais - qualité touristique également, décevante pour un prix premium.


Les marques en grandes surfaces

Dans les grandes surfaces, des rayons impressionnants, avec de multiples références, mais rien pour le palais délicat du sardinophile, rien au dessus de 3 euros, prix minimum pour une fabrication soignée, sans congélation.

Les séries limitées, millésimées et les labels

Chaque conserverie propose des séries limitées dont les collectionneurs sont friands, pour le design et la rareté des boites. Ces boites millésimées, vendues 20 à 50 centimes de plus, représentent en général le meilleur de la conserverie avec un poisson de pleine saison et un soin particulier pour ces boites "de garde".

Le "Label Rouge" est attribué au groupement Poissons Bleus de Bretagne (qui fournit Chancerelle/Connétable) pour la garantie de pêche à la bolinche. Le même Label est attribué à la conserverie Gendreau de Saint-Gilles Croix-de-Vie pour la "préparation à l'ancienne" mais pêchées en chaluts pélagiques, pas à la bolinche... Personne (ni le site Label Rouge, ni les conserveries concernées) ne rend public le cahier des charges du Label Rouge - manque de transparence. Pas de saveur spécifique Label Rouge, la cuisine reste semblable, une bonne conserverie produira des bonnes sardines avec ou sans label. Le Label Rouge représente un surcoût "éthique" aux intentions louables mais pas assez homogène, pas assez transparent, pas assez exigeant.

Le label MSC pour une pêche durable fait l'objet de polémiques régulières sur son laxisme et l'opacité de ses critères d'attribution ou de contrôle.

En l'état actuel de la gestion des labels, le sardinophile recommande de faire confiance à ses propres dégustations ou à la cohérence de qualité d'une marque plutôt qu'aux labels qui peuvent être biaisés ou détournés et sont utilisés surtout de manière opportuniste pour répondre à une demande éthique.

Les marques en réseau bio

Les marques en réseau bio du meilleur au pire: Compagnie Bretonne (Bio c Bon), Jean de Luz, Algo d'Aure (Jean Burel), Phare d'Eckmhul (Chancerelle), Capitaine Nat (Ferrigno).

C'est l'huile qui est bio, pas le poisson qui constitue 85% du produit. Comme la courbe de contamination des océans poubelles ne va pas s'inverser avant longtemps, une piste d'innovation pour les conserveries serait de travailler sur une vraie norme bio pour la sardine - zones de pêche les plus propres, évaluation des toxiques par lot et vente à prix premium des lots les plus purs à destination des publics sensibles (femmes enceintes et enfants).

La sardine a des taux de mercure assez faibles car elle est péchée jeune (1-2 ans) et se trouve en début de chaine alimentaire, le thon en contient 15 fois plus. Une étude scientifique de 2010 avait recommandé un label couleur pour 6 catégories de poissons selon leur teneur en mercure:

D'autres toxiques affectent le poisson: le plomb, le cadmium, les PCB, les dioxines, les résidus d'engrais et de pesticides. La recommandation officielle de l'ANSES pour un bon rapport bénéfices/risques: pas plus de 2 portions de poissons gras par semaine.

Les marques "emballeurs"

Certaines marques d'épicerie fine "ré-emballent" les produits des conserveries: Albert Ménès, Rödel, Hénaff, Pêcheurs d'Islande et La Grande Epicerie de Paris sont toutes produites en sous-traitance à la conserverie Gonidec, J.C. David chez Chancerelle, Courtin chez Furic, les sardines Prunier chez la Quiberonnaise. (Il suffit de lire et décoder le code emballeur obligatoire sur les boites pour attribuer une conserverie à chaque marque).

Leurs prix de vente entre 5 et 9 euros la boite ne garantit malheureusement pas une qualité supérieure à ce qui sort habituellement des mêmes conserveries: pas de travail sur les recetttes ou la qualité de l'huile et du poisson. Si l'on veut être chic et original, mieux vaut déguster les meilleures marques portugaises.


Techniques de dégustation ou comment devenir sardinophile

Indices d'altération 0 - Extra frais 1 - frais 2 - pas frais 3 - pourri
Peau - Pigmentation vive et chatoyante brillante sans lustre terne, mate décolorée, grisâtre
Odeur algue marine neutre ou faible absente ou un peu aigre soufre, ammoniac, putride
Couleur de la chair brillante, beige clair un peu mate ou rosée décolorée, mate laiteux jaunâtre grisâtre
Consistance spécifique élastique un peu lâche papier maché ou sec fibreux ou bouillie
Saveur normale typique normale atténuée absence ou un peu amer amer, sulfurée, ammoniacale

Les marques d'importation


Étude indépendante réalisée à partir de boites en vente libre. Aucune affiliation avec les marques citées.
Page mise à disposition selon la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les mêmes conditions.
Dernière mise à jour février 2018 - commentaires et suggestions: tanguy.lebard@sardinophile.com